Les grands bâtisseurs de la Ville de Beloeil

La Ville de Beloeil et la Chambre de commerce et d’Industrie de la Vallée-du-Richelieu (CCIVR) tenaient à faire un hommage posthume tout spécial aux grands bâtisseurs qui ont forgé Beloeil, en arborant de nouvelles oriflammes qui seront installées prochainement sur le boul. Sir Wilfrid Laurier.

« Autant pour la CCIVR que pour la Ville, il était important que les oriflammes soient porteuses d’un message significatif à l’image de nos missions respectives, notamment l’angle du développement économique. Reconnaître l’importance du rôle des entrepreneurs dans la vitalité de notre milieu et mettre en valeur leurs parcours qui ont su marquer notre histoire, c’est aussi cela être Forgée pour innover », explique la mairesse de Beloeil, Diane Lavoie, en rappelant le nouveau positionnement de la Ville qui a été lancée en juillet dernier.

Le choix des six bâtisseurs retenus revenait à la CCIVR qui a étudié une liste de gens d’affaires fournie par la Ville, avec la collaboration de la Société d’histoire de Belœil-Mont-Saint-Hilaire.

« Notre choix s’est porté sur MM. Rolland Comtois, Paul Demers, Azade-Dionis Désilets, Aurèle Dubois, Léon-Arcadius Jetté et Serge Pepin, car ces grands bâtisseurs ont contribué grandement à l’essor de la municipalité par leur vision, leurs initiatives exemplaires, tout en ayant fait preuve d’un engagement profond envers la Ville de Beloeil afin d’en faire un meilleur endroit à l’époque et aujourd’hui. Sur une vision à plus long terme, grâce à ce nouveau concept, il nous sera possible d’honorer plusieurs personnalités marquantes de notre histoire », ajoute la présidente de la CCIVR, Marie-Claude Duval, en faisant allusion qu’il y aura ainsi une suite à cette première série de grands bâtisseurs.


Rolland Comtois

Agent d’assurances, Rolland Comtois a fondé la compagnie Lepelco à Belœil. Très engagé dans la communauté, il a fondé une troupe de scouts, il a participé à la fondation du Club Optimiste de Belœil, à celle de la Caisse populaire de Belœil et à celle de la paroisse Sainte-Maria-Goretti. Il a aussi œuvré pour l’établissement du Centre Marguerite-Adam pour personnes âgées. Membre actif des Chevaliers de Colomb de Belœil, il a été fait Grand chevalier. Actif en politique, il s’est porté candidat aux élections provinciales de 1966, mais sans succès.

Rolland Comtois est né à Saint-Hyacinthe en 1918, fils d’Antoine Comtois et de Louisia Renaud. Il épouse Fernande Turcotte en 1939. Ils auront cinq enfants. Il décède à Longueuil en 1998 et est inhumé à Belœil.

 

 

 


Paul Demers

Formé comme thanatologue, Paul Demers a d’abord travaillé dans l’entreprise familiale de services funéraires. Paul Demers a ensuite mis sur pied un service d’ambulances toujours en fonction pour desservir Belœil et les environs.

De fil en aiguille, il a diversifié ses activités en fondant un atelier de fabrication de véhicules tels des ambulances, des corbillards et des limousines. Cette entreprise qui emploie environ 200 personnes aujourd’hui exporte à l’échelle mondiale et est l’une des plus importantes en Amérique du Nord.

Il a été membre des Chevalier de Colomb, de la Chambre de commerce, du Club Optimiste de Belœil et du Club Richelieu.

Paul Demers est né à Montréal en 1931, fils de Maurice Demers et d’Yvette Garneau. Il épouse Jeannine Comtois en 1954. Le couple a eu quatre enfants. Il décède à Saint-Hyacinthe en 2015 et est inhumé à McMasterville.

 


Azade-Dionis Désilets

Ébéniste, constructeur, industriel et architecte autodidacte, Azade-Dionis Désilets a débuté sa carrière par la construction de plusieurs résidences dans la région de Sherbrooke alors qu’il est âgé d’à peine vingt ans. Il construit l’église Saint-Zénon et de son presbytère à Piopolis (Frontenac) en 1908-09 puis l’église Saint-Jean-l’Évangéliste de Coaticook (Stanstead) (1914-15). Il surveille les travaux de construction à la cathédrale Saint-Michel de Sherbrooke et à la chapelle de cet évêché (1915-1916) et dirige les travaux d’érection de la structure d’acier de la nouvelle basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré (1924). À partir de 1927, il élabore les plans de plusieurs édifices dont il réalise aussi la construction : ceux l’église du Christ-Roi de Saint-Hyacinthe (Saint-Hyacinthe) et ceux de l’agrandissement de la chapelle Sacré-Cœur-de-Jésus de McMasterville en église 1931. Il a fait les plans de plusieurs résidences et édifices commerciaux comme ceux de l’agrandissement de l’école Saint-Mathieu de Belœil (1944). En 1949, il dresse les plans de l’Hôtel de ville de Belœil et surveille les travaux.

Établi à Belœil avec sa famille en 1929, il fonde et exploite sur la rue Ernest (devenue Brunelle) à Belœil, une manufacture d’ameublement d’église qui employa jusqu’à une quarantaine d’employés. Il laisse les rênes de l’entreprise à son fils André Désilets en 1958. Il fut un des membres fondateurs de la Chambre de commerce de Belœil.

Il est né à Saint-Camille (Wolfe) en 1883, fils d’Évariste Désilets et de Julie Beauchemin. Il épouse Antoinette Boucher à Sherbrooke en 1915. Père de huit enfants, il décède en 1964 et est inhumé à Belœil.


Aurèle Dubois

Industriel établi à Belœil depuis les années 40, Aurèle Dubois a fondé une usine de réservoirs d’acier avec ses frères. Après neuf ans de croissance, l’usine employait 160 personnes. Une solide réputation de gestionnaire lui a permis de devenir président de la Chambre de commerce de Belœil en 1958, puis, conseiller municipal en 1959. En 1961, élu par acclamation, il succédait au maire Arthur Dupré et resta en poste jusqu’en 1968.

Il a rempli ses mandats avec brio, suivant la trace de son prédécesseur et contribuant à l’essor de la ville accéléré par la mise en service de l’Autoroute 20. Il s’est dépensé sans compter dans tous les aspects de la vie municipale. Le parc culturel, le Centre culturel, la nouvelle bibliothèque municipale, la maison Villebon font partie de ses réalisations. Il a instauré les armoiries de la Ville, sa devise et son livre d’or. En 1965, la municipalité fut proclamée la Banlieue de l’année.

Aurèle Dubois est né à Plessisville en 1920, fils de Norbert Dubois et de Joséphine Boissonneault. En 1939, il apprend le métier de soudeur. Il épouse Pierrette Blain à Belœil en 1945 et ils auront cinq fils. Il est décédé en 2012.

 


Léon-Arcadius Jetté

Pharmacien, d’abord à Hochelaga (aujourd’hui Montréal), puis à Saint-Henri (aujourd’hui Montréal), Léon-Arcadius Jetté installe enfin la première pharmacie locale à McMasterville vers 1941. Quelques années plus tard, son succès l’amène à agrandir ses locaux. Il est alors aidé de ses filles, Madeleine et Jacqueline. Puis son fils Raynald, aussi pharmacien diplômé, vient le joindre. Il innove en instituant un service de livraison à domicile. Pour bien servir sa clientèle à partir de locaux mieux appropriés, vers 1964, il déménage sa pharmacie sur le boulevard Laurier à Belœil où elle toujours. À son décès, son fils Raynald prend la direction de l’entreprise.

Il a été marguiller à la paroisse Sacré-Cœur-de-Jésus de McMasterville et Belœil en 1955.

Léon-Arcadius Jetté est né à Saint-Paul (Joliette) en 1885, fils d’Henri Jetté et d’Hermiline Desrosiers. Il épouse Marie-Hélène Fillion à Hochelaga en 1910. Ils auront huit enfants. Il décède à Montréal et a été inhumé McMasterville en 1965.

 

 


Serge Pepin

Serge Pepin a été commerçant à Belœil dans le domaine du marché de l’alimentation toute sa vie en commençant très jeune à aider son père épicier-boucher, à partir de l’âge de neuf ans. Il faisait alors des livraisons à bicyclette à partir du magasin de la rue Saint-Mathieu. Puis, son père lui montra le métier de boucher. En 1963, il prend les commandes du commerce de son père. Au cours des années, l’entreprise s’est alliée à différentes bannières et elle porte aujourd’hui les couleurs de IGA. Des succursales ont été ouvertes dans la région et trois d’entre elles sont présentement exploitées à Belœil, à Mont-Saint-Hilaire et à McMasterville.

Serge Pepin a participé à la vie culturelle, sociale et sportive de la région. Il a été un généreux commanditaire pour plusieurs œuvres et événements. Il a été honoré par la Chambre de commerce du Québec et plusieurs fois par la Chambre de commerce et d’industrie de la Vallée-du-Richelieu.

Serge Pepin est né à Saint-Marc-sur-Richelieu en 1935, fils de Léopold Pepin et de Germaine Blain qui déménagèrent leur famille à Belœil en 1944. Il épouse Louise Bernard en 1958 et ils ont eu trois enfants. Il décède en 1998 et est inhumé à McMasterville.

© 2018, Ville de Beloeil - Tous droits réservés | Condition d'utilisation | Votre agence Web